Le travail rémunéré
14 mars, 2007 @ 8:29 Non classé

Par opposition au bénévolat qui lui est un travail par définition non rémunéré et volontaire en vue d’une satisfaction personnelle ou d’une volonté de rendre service à son prochain, le travail rémunéré répond à la nécessité d’assurer sa subsistance.

Est-ce à dire que le travail rémunéré ne procure aucune satisfaction au salarié ? Sûrement pas, ne serait-ce que l’ambiance de travail dans certains cas. Je veux dire qu’il est trop peu souvent choisi et seulement accepté, trop souvent contraint et forcé par la nécessité vitale et dans ces conditions il est difficile de croire qu’il puisse être source d’épanouissement.

Pour qu’il le soit un certain nombre de conditions doivent être remplies : l’adéquation du poste avec la personne, l’ambiance générale de l’entreprise et autour du poste lui-même et la rémunération. En ce qui concerne le premier point, l’adéquation poste-personne devrait  se préparer de longue main, quasiment depuis l’enfance. Bien sûr il ne s’agit nullement de former au moule depuis l’enfance une main d’œuvre appropriée aux besoins du moment des industriels mais bien au contraire de détecter le plus tôt possible les aptitudes les talents et les goûts de la personne afin quelle puisse tenir un rôle aussi éminent que possible pour son bien personnel et  celui de la société. Cela paraît utopique, là encore. Mais c’est le meilleur investissement que la société se doit de consentir.

Point n’est besoin de s’appesantir sur les conditions de travail tant sur le plan matériel que sur le climat qui règne au sein de l’entreprise. Forcément ces facteurs influent sur le moral des employés et sur le rendement.

Il va sans dire que la rémunération joue également sur le moral des travailleurs. Si celle-ci ne leur permet pas comme on dit de joindre les deux  bouts ou de se loger dignement comme cela arrive trop souvent  ils ne peuvent en concevoir que de l’amertume. Et s’il leur est donné  de constater que certains « assistés » se débrouillent mieux qu’eux ils ne peuvent que trouver cela injuste. La rémunération devrait permettre au salarié de vivre dignement. Or dans le système actuel les PME/PMI peinent à offrir à leurs employés des salaires suffisants ; De leur côté les sociétés importantes côtées  sont poussées par leurs actionnaires à rémunérer le capital, autrement dit eux-mêmes, le plus possible au détriment des salaires.

En clair le système actuel est loin de favoriser une rémunération digne aux travailleurs. C’est pourquoi, entre autres raisons, je préconise d’en changer.

Et en changer pour un système monétaire qui respecte la priorité de la dignité humaine avant toute autre considération, qui mette la monnaie au service de l’homme ce qui est désormais devenu possible  Je ne reviens pas sur les modalités envisagées que j’ai déjà évoquées par ailleurs. A mon point de vue elles sont à mettre en musique  toutes affaires cessantes. Et je souhaite que l’opinion française puis internationale se mobilise pour l’exiger.

La personne qui sera élue à la présidence devra dans un premier temps parer au plus pressé, mais j’espère que très vite elle réunisse une équipe  chargée de cette mise au point et qui tienne compte de tous les avis pertinents d’où qu’ils viennent. J’ose souhaiter qu’un tel système se généralise dans le monde au plus tôt afin d’y éradiquer toute pauvreté indigne de l’homme.

-jhop
rss pas de réponses

Laisser un commentaire

Blog Politique de Bruno, un... |
Blog de soutien à la candid... |
je votes, tu votes, nous vo... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | democratia
| Mers El-Kébir Franc-Tireur
| Blog citoyen, socialiste e...